#Réflexions rh

L'UE n'a-t-elle plus son destin en main ?

18/01/17

En prospective, il y a le dilemme entre conjoncturel et structurel. Il va s’illustrer pour l’Union Européenne dans les prochains mois. En effet, l’UE court le risque de se retrouver marginalisée entre 3 grandes puissances alors qu’elle a tous les atouts d’être LA grande puissance mondiale.

3 grandes puissances qui nous marginalisent

Donald Trump annonce haut et fort un repli isolationniste des USA non seulement en matières économiques (autonomie énergétique carbonée à souhait, usines sur le sol US pour le marché US) et politiques (abandon de l’OTAN, alliance russe). Donc l’UE perd son allié centenaire qui va en plus soutenir des Brexit à tout va… Il a au moins 4 ans pour cela avec l’appui euphorique des classes moyennes US.
Poutine, lui, a une dizaine d’années de pouvoir autocrate devant lui et ne pouvait pas rêver meilleur scénario. Il a déjà montré ses muscles au propre et au figuré. Il va pouvoir poursuivre en Ukraine, voire sur les pays baltes ; reprendre pied dans l’ancienne Europe de l’Est en jouant le démantèlement de l’UE ; se partager avec Trump l’influence au Moyen Orient en commençant par la Turquie.
Côté Chine, Xi Jinping aura encore 1 ou 2 mandats renouvelés, donc du temps, pour mettre la main sur le Sud-Est asiatique et pour, misant sur l’affaiblissement de l’UE, sceller des alliances d’intérêt déséquilibré avec une foultitude de petits pays « pauvres » pour assurer son approvisionnement en matières premières et alimentaires au détriment des veilles approches colonialistes des Européens.

L’UE en risque de démantèlement sans sursaut dynamique

L’UE se retrouve isolée face à trois grandes puissances qui ont le temps pour eux et non cure d’une UE qui n’existe que sur le papier économique. Car le malheur de l’UE est de n’avoir aucune consistance politique. Il s’y ajoute un calendrier qui empêche toute avancée ou sursaut car nos dirigeants n’ont pas le temps pour eux et pas la tête à cela. En effet, dans les 28 pays de l’UE (peut-être 27 avec un pied dedans, un pied dehors du Royaume-Uni), nous sommes toujours en attente d’un résultat d’élections démocratiques. En 2017, ce sera en France et en Allemagne, excusez du peu.
Nous avons maintenant 3 grandes puissances qui misent sur le démantèlement de l’UE. Pour nous Européens, cela signifie un retour aux petits Etats avec le risque des tensions nationalistes donc des conflits latents.
Pour déjouer un tel scénario, il faut miser sur l’effondrement économique de la Russie et des révoltes sociales ? Sur la chute du dollar ou la destitution de D.Trump par le Congrès choqué de ses outrances ? Sur l’explosion des bulles financières chinoises ou la révolte des 800 millions de Chinois pauvres ? Sur la déflagration économique mondiale du système capitalistique financier ?
Le scénario où les Européens reprennent leur destin en main est hypothétique. Voilà pourquoi l’UE se retrouve conjoncturellement en danger alors que l’addition des 28 pays la place structurellement depuis 30 ans en superpuissance économique. Pour cela, il fallait croire en l’UE et pas en faire un bouc-émissaire de tous nos maux.

Rédigé par Bruno HUBERT le 17/01/2017 / Contact 06 74 75 25 84 ou bhubert@consilio-rh.fr